spot_imgspot_imgspot_img

Cameroun: une avancée technologique transforme l’exploitation de l’or avec l’introduction d’une unité de traitement novatrice

Partager

Dans un élan vers l’innovation et la modernisation de son secteur minier, le Cameroun a récemment franchi une étape significative avec le lancement de sa toute première unité de traitement de minerai d’or en circuit fermé. Située à Kana, dans la région orientale du pays, cette installation pionnière en Afrique centrale promet de révolutionner la production d’or, en mettant l’accent sur l’efficacité, l’écologie et la responsabilité sociale.

Le 5 avril, le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique a dévoilé cette unité, fruit d’une collaboration entre les entreprises Codias, Yucam et Xin Wang. Opérant au sein de la concession de Shunda Mining, cette installation a la capacité de traiter jusqu’à 500 tonnes de minerai par jour, avec l’ambition de porter le rendement de l’extraction de l’or à un niveau sans précédent de plus de 90%.

Ce système clos représente une avancée majeure par rapport aux méthodes traditionnelles d’extraction à ciel ouvert, marquées par une récupération d’or métal plafonnant en moyenne à 30%. La technologie mise en place permet non seulement de tripler le taux de rendement mais également de transformer les résidus miniers en sources potentielles de richesse, minimisant ainsi l’impact environnemental de l’activité minière.

La mise en œuvre de cette technologie s’inscrit dans un plan ambitieux du gouvernement camerounais visant à équiper le pays de 10 installations similaires. L’objectif est clair : moderniser l’exploitation de l’or et rompre avec les pratiques artisanales qui, souvent, utilisent des procédés chimiques dangereux pour l’environnement et la santé publique.

Outre son impact positif sur l’écosystème et la préservation des ressources, l’unité de traitement en vase clos s’attaque au problème éthique du travail des enfants dans les mines. Elle représente donc une avancée majeure vers une industrie minière plus durable et socialement responsable au Cameroun.

Le ministre Fuh Calistus Gentry a souligné l’urgence pour les opérateurs miniers de se conformer à cette nouvelle norme, sous peine de se voir retirer leur permis d’exploitation. Un délai de six mois a été accordé aux exploitants déjà en activité pour s’adapter à cette exigence, marquant une étape décisive dans la transformation de l’exploitation minière au Cameroun.

Cette initiative du Cameroun pourrait bien servir de modèle pour l’exploitation minière responsable en Afrique, combinant progrès technologique et respect des principes environnementaux et sociaux.

Par l’Équipe éditoriale

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une