spot_imgspot_imgspot_img

Transport fluvial en RDC : défis et solutions pour le développement

Partager

En République Démocratique du Congo, l’état des voies fluviales et maritimes reste un sujet de préoccupation capital, caractérisé par une complexité et des défis persistants. Malgré un vaste réseau de 16 238 km de voies navigables, principalement constitué par le fleuve Congo et ses affluents, les défis demeurent nombreux.

Le pays compte 40 ports fluviaux gérés par l’Office National des Transports (ONATRA) et des acteurs privés. Cependant, ces infrastructures souffrent souvent d’un manque d’efficacité et nécessitent des améliorations pour répondre adéquatement aux besoins du trafic fluvial.

Transport fluvial en RDC

Le trafic fluvial est souvent perturbé par divers facteurs, tels que la faiblesse du nombre d’embarcations, l’absence de politique de transport intégré, l’insuffisance des infrastructures portuaires et de manutention, ainsi que des problèmes de balisage et d’entretien des voies navigables.

Malgré ces défis, le transport fluvial joue un rôle important dans l’économie congolaise en facilitant les échanges commerciaux entre les provinces et en étant souvent la seule voie d’accès pour certaines régions enclavées.

Pour améliorer l’état des voies fluviales et maritimes en RDC, il est recommandé de renforcer la capacité de la Régie des Voies Fluviales (RVF), d’acquérir des équipements modernes, de promouvoir des politiques de transport intégré et de développer les infrastructures portuaires et de manutention.

En conclusion, l’état des voies fluviales et maritimes en RDC demeure un défi essentiel pour le développement économique du pays. Des efforts concertés et des investissements ciblés seront nécessaires pour surmonter ces défis et exploiter pleinement le potentiel économique que représentent ces voies de transport essentielles.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une