spot_imgspot_imgspot_img

Déficit énergétique au Grand Katanga : la SNEL vise à augmenter sa production de 20 mégawatts

Partager

La Société nationale d’électricité (SNEL) prévoit d’injecter 20 mégawatts pour pallier le déficit énergétique au Grand Katanga, lors du DRC Mining Week 2024. Cette initiative fait suite à des débats entre panelistes visant à renforcer les infrastructures énergétiques dans la région.

Au cœur de ces discussions se trouve le défi du déficit énergétique, particulièrement pressant au Grand Katanga, où l’industrie minière est en plein essor. La SNEL, en charge de la fourniture d’électricité, est critiquée pour ses performances en deçà des attentes.

Henri Makap, Directeur du Département Transport et Production de la SNEL, a souligné les principales causes de ce déficit énergétique. Malgré une puissance installée d’environ 2 530 mégawatts, la SNEL ne parvient à produire qu’entre 1 700 et 1 800 mégawatts pour sa clientèle, en raison notamment de la vétusté des équipements datant des années 70.

Henri Makap a expliqué que sur les 8 machines du barrage d’Inga, seules 6 sont actuellement en fonctionnement, pour une capacité totale de 800 mégawatts. Près de 480 mégawatts sont ainsi envoyés au réseau du secteur Sud, où se concentrent les entreprises minières, dépassant ainsi la production locale.

Outre ces problèmes, le prix de revient du kilowatt n’est pas aligné sur le coût réel de production, ce qui complique la situation financière de la SNEL et entrave ses efforts pour renouveler et renforcer son réseau de distribution.

Pour résoudre ce déficit énergétique, la SNEL mise sur la construction d’infrastructures énergétiques de taille moyenne dans le Grand Katanga, afin d’augmenter sa capacité de production. Avec un potentiel de près de 46 000 mégawatts, la production énergétique de la SNEL pourrait générer plus de 130 millions de dollars par an, à raison de 17 000 USD par heure.

Selon le plan des projets de renforcement énergétique de 2024 à 2028, la SNEL devrait augmenter sa production de 20 mégawatts d’ici 2025, comme l’a indiqué Henri Makap.

Carl Mbeng, Responsable technique du Programme Power Africa/Afrique centrale, a également annoncé le soutien des États-Unis à travers le programme d’autonomisation de l’Afrique centrale et Orientale. Ce programme vise à soutenir les projets de renforcement de la production énergétique dans la région.

En conclusion, la SNEL s’engage à relever le défi du déficit énergétique au Grand Katanga en injectant 20 mégawatts supplémentaires dans le réseau. Cette initiative, combinée à d’autres projets de renforcement énergétique, devrait contribuer à améliorer la situation énergétique de la région et à soutenir le développement de l’industrie minière.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une