spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la une20 Milliards de dollars : Les profits annuels du travail forcé en...

20 Milliards de dollars : Les profits annuels du travail forcé en Afrique révélés

spot_img

Un récent rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) révèle des chiffres alarmants sur le phénomène du travail forcé dans le secteur privé. Publié le mardi 19 mars 2024, ce rapport met en lumière une réalité troublante : le travail forcé génère des profits annuels colossaux, estimés à 20 milliards de dollars en Afrique.

Dans un contexte mondial, ces chiffres prennent une ampleur encore plus alarmante. En effet, selon les données de l’OIT, les profits illégaux issus du travail forcé dans le monde s’élèvent à 236 milliards de dollars. Une hausse significative est observée depuis 2014, avec une augmentation de 64 milliards de dollars, soit une progression de 37 %.

Cette croissance spectaculaire s’explique principalement par deux facteurs majeurs : d’une part, une augmentation du nombre de personnes contraintes au travail forcé, et d’autre part, des profits accrus découlant de l’exploitation de ces victimes.

Le rapport souligne que l’exploitation sexuelle commerciale forcée représente une part prépondérante de ces profits illégaux, atteignant 73 % du total. Il est frappant de constater que cette forme d’exploitation ne concerne que 27 % du nombre total de victimes de travail forcé dans le secteur privé.

Concernant la répartition géographique de ces profits, l’Europe et l’Asie centrale se positionnent en tête avec 84 milliards de dollars annuels, suivies de l’Asie-Pacifique (62 milliards de dollars), des Amériques (52 milliards de dollars), de l’Afrique (20 milliards de dollars) et enfin des États arabes (18 milliards de dollars).

Ces données mettent également en lumière une disparité significative entre les différents secteurs économiques. Ainsi, l’industrie arrive en tête avec 35 milliards de dollars de profits annuels issus du travail forcé, suivi des services (20,8 milliards de dollars), de l’agriculture (5 milliards de dollars) et du travail domestique (2,6 milliards de dollars).

Il est important de souligner que ces profits illégaux correspondent aux salaires légitimes des travailleurs, détournés par leurs exploiteurs grâce à des pratiques coercitives.

Face à cette réalité alarmante, Gilbert Houngbo, Directeur général de l’OIT, souligne l’urgence d’une action concertée au niveau international : « Le travail forcé perpétue les cycles de pauvreté et d’exploitation et porte atteinte à la dignité humaine. Nous savons aujourd’hui que la situation n’a fait qu’empirer. La communauté internationale doit s’unir d’urgence pour prendre des mesures afin de mettre fin à cette injustice. »

Le rapport met en avant la nécessité d’une approche globale, dépassant le simple cadre de l’application de la loi, afin de s’attaquer aux causes profondes du travail forcé et de protéger les victimes.

Dans un contexte où ces pratiques illégales continuent de prospérer, il est impératif que les gouvernements, les organisations internationales et la société civile unissent leurs efforts pour éradiquer ce fléau et garantir le respect des droits fondamentaux de chaque individu.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Réforme des jeux de hasard en RDC : Vers une régulation plus stricte

Le ministère des Finances de la République démocratique du Congo (RDC) a récemment lancé une série de réformes visant à réguler le secteur des jeux de hasard et des pratiques assimilées. Cette initiative, initiée en fin d'année 2022...

Offre d’emploi : Réceptionniste à Kinshasa

Forest and Biodiversity Support Activity (FABS), financée par l'USAID via le Programme régional pour l'environnement en Afrique centrale (CARPE)...

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici