spot_imgspot_imgspot_img

27 pays africains dépassent les 60% du ratio dette/PIB en 2023, selon un rapport

Partager

Un récent rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), publié le 4 juin 2024, révèle qu’en 10 ans, soit entre 2013 et 2023, 27 pays africains ont vu leur ratio dette/PIB dépasser le seuil de 60%.

Intitulé « A World of debt : a growing burden to global prosperity », ce rapport met en lumière une réalité préoccupante : environ 769 millions d’Africains, soit près de deux tiers de la population du continent, vivent dans des pays où les paiements d’intérêts dépassent les dépenses publiques dans des domaines cruciaux tels que l’éducation et la santé.

L’Afrique se retrouve ainsi dans une situation où les dépenses moyennes en intérêts par habitant (70 dollars) sont plus élevées que celles consacrées à l’éducation (60 dollars) et à la santé (39 dollars).

Au niveau international, le remboursement de la dette est devenu une charge de plus en plus lourde, impactant de manière disproportionnée les pays en développement. En 2023, ces pays ont payé 847 milliards de dollars d’intérêts nets, soit une augmentation de 26 % par rapport à 2021.

Les pays en développement ont également emprunté à des taux nettement plus élevés que les pays développés. Les taux moyens appliqués aux euro-obligations émises par les pays africains entre 2020 et 2024 se sont établis à 9,8% en Afrique contre 0,8% en Allemagne, 2,5% aux États-Unis, 5,3% dans la région Asie & Océanie et 6,8% dans la région Amérique latine & Caraïbes.

Cette augmentation rapide du coût des intérêts limite les budgets des pays africains, qui ont consacré 9,2% de leurs recettes publiques au service de la dette en 2023 contre 4,4% en 2010.

Près de la moitié des 54 pays en développement qui ont consacré au moins 10 % des recettes publiques au paiement des intérêts de la dette en 2023 se trouvent en Afrique.

Les pays en développement consacrent actuellement une part plus importante de leur PIB au paiement des intérêts (2,4 %) qu’aux initiatives en faveur du climat (2,1 %).

Pour la République Démocratique du Congo, il est noté qu’entre 2019 et 2023, l’encours de la dette publique a augmenté de 4,4 milliards de dollars pour atteindre un volume total de 10 milliards de dollars.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une