spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneAccord Économique d'Électrification : L'Essor de la Zone Économique Spéciale de Maluku

Accord Économique d’Électrification : L’Essor de la Zone Économique Spéciale de Maluku

spot_img

Par Manassé Kosi, Journaliste Économique

Date : 13 Octobre 2023

Kinshasa – Un événement crucial dans le paysage économique congolais s’est déroulé le jeudi 12 octobre à Kinshasa, mettant en scène un partenariat décisif pour l’avenir énergétique de la République Démocratique du Congo. En présence du Ministre de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya, un protocole d’accord a été formellement conclu entre la Société Nationale d’Électricité (SNEL), l’Agence des Zones Économiques Spéciales (AZES), et la Cellule d’Exécution des Financements en Faveur des États Fragiles (CFEF), destiné à optimiser l’approvisionnement en énergie électrique au sein de la Zone Économique Spéciale (ZES) de Maluku.

La pièce maîtresse de cet accord réside dans l’engagement de la SNEL à installer un troisième transformateur dans la ZES de Maluku, une initiative sous la direction éclairée de son Directeur Général, Fabrice Lusinde Kabemba. Ce déploiement s’accompagne d’une augmentation significative de la capacité énergétique de la région, renforçant ainsi la fiabilité de l’approvisionnement électrique.

Fabrice Lusinde Kabemba, Directeur Général de la SNEL, a déclaré avec assurance : « Nous avons aujourd’hui concrétisé un projet d’ampleur, visant à garantir la stabilité de l’approvisionnement électrique dans la Zone Économique Spéciale de Maluku. L’ajout de ce troisième transformateur équivaut à accroître la redondance du système. Concrètement, nous passons de deux piliers à trois, avec un transformateur dédié exclusivement à la ZES. Cela signifie que, en cas de perturbations sur l’un des transformateurs préexistants, la ZES restera sécurisée. De même, en cas d’incident, la possibilité de basculer sur une autre source d’énergie est assurée. »

Cet investissement capital, selon le chef de la SNEL, se traduira par une augmentation substantielle de la capacité d’injection d’électricité, provenant essentiellement des Centrales d’Inga et de Zongo, dans la région de Kinshasa-Est. Outre l’alimentation de la ZES avec des conséquences multiplicative telles que la création d’emplois et de richesses, il permettra de garantir un approvisionnement électrique stable au niveau de Kinshasa-Est, compte tenu de la dimension considérable de la commune de Maluku au sein de la province de Kinshasa. Fabrice Lucinde a conclu en invitant chaleureusement les investisseurs potentiels à considérer la Zone Économique Spéciale, en soulignant l’assurance que procure cet accord pour l’approvisionnement électrique.

Le Directeur Général de l’AZES, Augy Bolanda, a renforcé cet optimisme en expliquant : « Depuis le 2 septembre 2023, le Président de la République a inauguré la première production de carreaux au sein de la Zone Économique Spéciale de Maluku. Aujourd’hui, nous consolidons la présence de l’énergie au sein de la ZES de Maluku. Nous avons déjà signé deux contrats avec une entreprise spécialisée en génie civil et génie électrique. Cette entreprise, en collaboration avec la SNEL, est chargée de l’installation d’un nouveau transformateur à Maluku. Nous sommes donc ici pour officialiser ce protocole d’accord qui engage les parties à commencer les travaux de construction dans la région. »

La Cellule d’Exécution des Financements en Faveur des États Fragiles (CFEF), représentée par son Coordonnateur national, Alain Lungungu Kisoso, a également salué cette étape décisive vers l’opérationnalisation de la Zone Économique Spéciale pilote de Maluku, dont la première production industrielle a été lancée récemment par le Président de la République, Félix Tshisekedi.

Selon Alain Lungungu Kisoso, les carreaux et faïences « made in Congo » produits par SAPHIR CERAMICS sont désormais utilisés dans l’exécution des projets de développement des 145 territoires de la partie ouest du pays, marquant un jalon essentiel dans la chaine de valeur de la construction, en particulier dans les territoires congolais.

Alain Lungungu Kisoso a exprimé sa gratitude en ces termes : « En tant qu’agence judiciaire, nous ne pouvons que remercier les deux directeurs généraux, car la signature d’aujourd’hui garantit l’exécution sans faille du contrat de génie électrique que nous avons conclu. Les premiers résultats de la ZES sont déjà visibles. En tant qu’Agence d’Exécution du Programme de Développement des 145 Territoires dans la zone Ouest, nous sommes heureux d’annoncer que les entreprises ont commencé à acquérir les carreaux au sein de cette ZES, un élément essentiel de la chaîne de valeur de la construction, en particulier dans nos territoires. »

En supervisant cette signature cruciale du protocole d’accord, le Ministre de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya, a annoncé que d’autres zones économiques spéciales s’apprêtent également à signer des protocoles d’accord avec la SNEL, témoignant ainsi de l’importance stratégique de ces développements dans la dynamique économique de la République Démocratique du Congo.

Ce partenariat électrique marque indéniablement une avancée significative dans le renforcement de l’infrastructure énergétique du pays, créant un environnement propice à l’investissement et au développement économique, avec des répercussions potentielles sur l’ensemble du territoire. L’optimisme prudent qui prévaut reflète la modération des acteurs impliqués, mais aussi leur détermination à bâtir un avenir énergétique plus solide pour la RDC.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Crise de l’eau en RDC : 400 millions de dollars pour les forages, la REGIDESO laisse-t-elle tomber ?

La République démocratique du Congo se trouve confrontée à un problème majeur concernant l'accès à l'eau potable. Les données issues de sources fiables indiquent que la Régie de Distribution d'Eau (REGIDESO) est endettée à hauteur de plus de 235 millions de dollars envers l'État...

Production industrielle chinoise en baisse : Le cuivre recule de 0,4%

La production industrielle chinoise a déçu les attentes en mai, selon les données récemment publiées. Cette situation a entraîné une baisse du cuivre, accentuée par la fermeté du dollar. Sur le London Metal Exchange (LME), le cuivre pour livraison à trois mois a reculé de 0,4 %, s'établissant à 9,701.50 $/t

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici