spot_imgspot_imgspot_img

L’ARSP identifie une fraude massive dans la sous-traitance minière : 535 millions USD impliqués

Partager

L’Autorité de Régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) vient de mettre en lumière une manipulation financière sophistiquée, orchestrée par Eurasian Resources Group (ERG) et impliquant neuf sociétés sous-traitantes dans les provinces du Lualaba et du Haut-Katanga. Sous la direction de Miguel Kashal Katemb, le Directeur général de l’ARSP, une enquête minutieuse a révélé l’usage de prête-noms pour contourner la législation congolaise sur la sous-traitance.

Lors d’une récente session d’audition, à laquelle participaient des responsables d’ERG, dont M. Pavel, ainsi que des avocats et des directeurs de l’ARSP, il a été découvert que des citoyens congolais étaient faussement présentés comme actionnaires majoritaires dans des entreprises sous-traitantes telles que Rocada, Roche solide, Standard fiable, Technologies global, et d’autres, afin de se conformer formellement à la loi imposant un minimum de 50% de parts détenues par des Congolais.

Ces entreprises sous-traitantes, notamment Surtek, Etalon S.A, et Roche solide SAS, ont généré des revenus impressionnants en 2023, respectivement de 227,111,448.38 USD, 97,638,695.44 USD et 81,638,906.14 USD, principalement par la fourniture de réactifs et de matériaux à Metalkol, un acteur clé du secteur minier à Kolwezi. Cependant, malgré ces chiffres d’affaires élevés, les prétendus actionnaires majoritaires n’ont reçu que des sommes dérisoires, ne dépassant pas 6,000 USD annuellement, révélant un clair décalage entre les profits enregistrés et leur distribution.

Le total cumulé des revenus atteignant 535,369,909.67 USD en 2023 pour ces entreprises souligne l’ampleur de l’évasion de capitaux. La ARSP, alarmée par ces découvertes, a annoncé des mesures correctives sévères pour ces violations manifestes de la loi congolaise.

Cet événement souligne non seulement les failles de la réglementation en vigueur mais aussi la nécessité d’une surveillance accrue pour protéger les intérêts économiques nationaux et prévenir l’exploitation des ressources par des entités étrangères au détriment de la population congolaise.

article rédigé par l’équipe éditoriale

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une