spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneLes dépenses mondiales de défense en hausse de 9% en 2023, atteignant...

Les dépenses mondiales de défense en hausse de 9% en 2023, atteignant 2 200 milliards de dollars

spot_img

Le climat mondial, marqué par des conflits persistants tels que la guerre en Ukraine, a conduit à une augmentation significative des dépenses mondiales de défense en 2023, atteignant un montant record de 2 200 milliards de dollars selon le dernier rapport de l’Institut international d’études stratégiques (IISS) basé à Londres.

Cette somme représente une augmentation notable de 9% par rapport à l’année précédente, mettant en lumière l’impact des crises internationales sur les budgets alloués à la sécurité et à la défense. Les principales nations contributrices à cette augmentation sont la Chine, la Russie, l’Inde et les membres de l’OTAN, qui cumulent à eux seuls 70% de ces dépenses.

Le rapport souligne que cette tendance à la hausse devrait se poursuivre en 2024, laissant présager une décennie potentiellement plus périlleuse, selon les experts de l’IISS. Cette augmentation est en grande partie alimentée par des événements tels que l’invasion russe de l’Ukraine, les conflits au Proche-Orient, les tensions entourant la Chine, ainsi que des coups d’État au Niger et au Gabon.

Les critiques de Donald Trump envers l’OTAN intensifient la pression sur les membres

La remise en question par l’ancien président américain Donald Trump de la solidarité au sein de l’OTAN a également été soulignée dans le rapport. Trump reproche à certains membres de ne pas consacrer suffisamment de ressources à leurs forces armées. Bien que seulement dix des 31 pays membres respectent actuellement la norme des 2% du PIB consacrés à la défense, 19 ont augmenté de manière significative leurs dépenses. Un exemple concret est celui de la Pologne, dont le gouvernement prévoit d’allouer plus de 33 milliards de dollars en 2024, soit plus de 4% de son PIB.

Cependant, un défi persiste : les nations occidentales accusent un retard dans leur processus d’armement par rapport à la Chine et à la Russie, qui investissent près d’un tiers de leurs dépenses publiques dans ce domaine.

Combler les lacunes d’armement : une priorité pour l’Occident

Le rapport met également en évidence la nécessité de combler les lacunes dans les capacités de production d’armement de l’Occident, soulignant l’impact sur la consommation de munitions observée lors du conflit en Ukraine. Les années de sous-investissement ont été mises en lumière, incitant de nombreux États à reconnaître l’urgence de renforcer leurs capacités de défense.

Le rythme soutenu des conflits, comme l’offensive militaire de l’Azerbaïdjan contre les séparatistes arméniens en 2023, indique que la tendance à l’augmentation des dépenses militaires pourrait perdurer, en particulier avec l’essor des revendications territoriales.

Tensions croissantes entre les États-Unis, la Chine et l’Iran

Le rapport de l’IISS analyse également les tensions croissantes entre les États-Unis, la Chine et l’Iran. Il met en lumière les préoccupations autour des capacités technologiques des forces armées chinoises, soulignant l’incident du ballon espion chinois abattu au-dessus des États-Unis en février 2023. De plus, l’influence croissante de l’Iran dans diverses zones de conflits est soulignée, avec des exemples tels que la livraison de missiles aux rebelles yéménites perturbant le commerce mondial.

Face à ces défis, l’IISS préconise une coopération renforcée entre les démocraties partageant des valeurs communes, avec des accords plus étroits en matière de défense. Une approche collaborative est présentée comme essentielle pour faire face à la complexité croissante des enjeux sécuritaires mondiaux.

par la rédaction

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici