spot_imgspot_imgspot_img

Projet kin-elenda : un souffle nouveau pour les infrastructures de kinshasa

Partager

Le ministre des Infrastructures a officiellement lancé mardi les travaux de construction de trois avenues en béton armé à Kisenso, une commune du nord-est de Kinshasa, en République démocratique du Congo. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du projet Kin-Elenda, financé à hauteur de 500 millions de dollars par la Banque mondiale.

Un chantier ambitieux pour lutter contre les érosions et les inondations

Alexis Gisaro Muvunyi, ministre d’État en charge des Infrastructures et Travaux Publics, a détaillé les objectifs de ce projet. « Nous procédons ce jour au lancement des travaux de construction de trois avenues dans la commune de Kisenso à savoir les avenues Mulele, Mazout et Nsau, pour un total de 5,8 km, ainsi que des collecteurs adjacents en vue de lutter contre les érosions et les inondations dans cette entité administrative, » a-t-il déclaré.

Ces travaux, confiés à l’entreprise chinoise CHFEC, représentent un investissement de 23 545 196,02 USD pour le premier contrat et de 2 181 536,53 USD pour le second. L’ambition est de désenclaver Kisenso des communes de N’Djili et Mont-Ngafula, en dotant ces zones de nouvelles infrastructures routières et de systèmes d’adduction en eau potable.

Un projet multisectoriel pour transformer la ville

Au-delà des routes, le projet Kin-Elenda prévoit la construction de diverses infrastructures à travers Kinshasa. « Nous allons construire 12 000 km de routes asphaltées. La vision du chef de l’État est de connecter les chefs-lieux des provinces sur l’ensemble du territoire national, » a précisé M. Gisaro.

Le ministre a également évoqué des travaux de drainage, la construction de bâtiments publics, d’une usine de traitement d’eau potable à N’Djili et d’un stade. La route Mfusu dans la commune de N’sele sera également prise en charge, tout comme la protection de la sous-station de la Société nationale d’électricité (SNEL) à Funa.

Une coopération fructueuse avec la Banque mondiale

Albert Zeufack, directeur des opérations à la Banque mondiale, a salué les efforts déployés par la Cellule Infrastructures pour la mise en œuvre du projet Kin-Elenda. « La Banque mondiale saisit cette opportunité pour saluer les efforts fournis par l’équipe technique de la RDC dans la mise en œuvre de ce projet, » a-t-il affirmé. « Kin Elenda est un partenariat qui vise à orienter le financement de notre institution vers des projets ayant un impact direct, sensible et mesurable sur la population.« 

Il a rappelé que l’année dernière, la Banque mondiale a inauguré la première phase de l’usine de traitement d’eau potable de Binza Ozone, d’une capacité de 110 000 m³ par jour. Les travaux de construction des phases suivantes et la réhabilitation de la station de traitement d’eau à N’djili se poursuivent.

Un engagement financier significatif

Albert Zeufack a également souligné l’importance des investissements pour faire face aux défis de l’urbanisation rapide et des changements climatiques en RDC. « Le portefeuille des engagements de la Banque mondiale s’élève actuellement à 9 milliards de dollars américains pour la RDC. Pour que ces engagements améliorent la situation de la population congolaise, il est crucial de renforcer la gestion et d’accélérer la mise en œuvre des projets de développement.« 

Appel à la protection des infrastructures

Le ministre Gisaro a exhorté la population à protéger les infrastructures construites. « Nous ne devons pas confondre les caniveaux avec des poubelles. Nous devons bannir ces mentalités afin de préserver le gouvernement de l’emploi double des finances, » a-t-il insisté.

En conclusion, le bourgmestre de Kisenso a exprimé sa gratitude envers le gouvernement pour son engagement dans l’amélioration des conditions de vie de la population.

M.KOSI

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une