spot_imgspot_imgspot_img

RDC : dépenses publiques en baisse de 4 % en juin 2024, totalisant 1 912,1 milliards de CDF

Partager

Les dépenses publiques de la République Démocratique du Congo (RDC) pour le mois de juin 2024 se sont établies à 1 912,1 milliards de Francs congolais (CDF), marquant une diminution de 4%, selon les données de la Banque Centrale du Congo.

Dépassement des salaires et des intérêts sur la dette

Le poste budgétaire concernant les salaires des agents et fonctionnaires de l’État a dépassé de 6% les prévisions, avec un total de 712,6 milliards de CDF. Cette augmentation est principalement due au règlement des arriérés des mois précédents. Par ailleurs, les frais financiers ont également enregistré une hausse notable. Les intérêts sur la dette publique se sont élevés à 34,2 milliards de CDF, dépassant de 47% les prévisions initiales fixées à 23,3 milliards de CDF, en raison des obligations liées à la dette extérieure.

Sous-consommation des frais de fonctionnement et des subventions

Les dépenses de fonctionnement des institutions et ministères ont connu une sous-consommation de 40,1%, avec des décaissements de 277,8 milliards de CDF. De même, les subventions ont été réduites de 19%, atteignant 134,5 milliards de CDF. Ces diminutions témoignent d’un effort significatif pour rationaliser les dépenses publiques.

Hausse des dépenses en capital

À l’inverse, les dépenses en capital ont été exécutées au-delà des prévisions, avec un dépassement de 31,1%. Sur une programmation initiale de 264,1 milliards de CDF, les décaissements ont atteint 346,2 milliards de CDF. Cette augmentation reflète une intensification des investissements dans les infrastructures et les projets de développement.

Excédent de trésorerie et perspectives économiques

Sur les six premiers mois de l’année 2024, les opérations financières de l’État ont dégagé un excédent de trésorerie. Cet excédent est le résultat des efforts accrus de mobilisation des recettes fiscales, conjugués à une gestion prudente des dépenses publiques. L’amélioration des cours des matières premières telles que le cuivre, l’or et le zinc a également contribué à cette performance positive.

Nécessité de réduire le train de vie des institutions

La réduction des dépenses des institutions demeure une priorité pour libérer des ressources en faveur des investissements productifs. Actuellement, les dépenses de fonctionnement des institutions représentent plus de 67% du budget national, fixé à 16 milliards de dollars, avec une part de 33,10% dédiée uniquement à l’administration. En comparaison, seulement 7% du budget sont alloués à l’enseignement et à la santé, et 5% aux autres secteurs sociaux.

Salaires des hauts responsables et fonctionnaires

Les hauts responsables gouvernementaux perçoivent des salaires élevés, tandis que les fonctionnaires les moins bien rémunérés ne gagnent qu’environ 100 USD par mois. Pour réduire ces dépenses, il est crucial de rationaliser la taille du gouvernement, fusionner certains ministères et adopter un budget orienté vers les projets de développement plutôt que le fonctionnement courant des institutions.

L’optimisation des dépenses publiques, combinée à une meilleure gestion des ressources naturelles, est essentielle pour soutenir le développement économique durable de la RDC.

M.MATUVOVANGA

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une