spot_imgspot_imgspot_img

RDC: La redevance logistique terrestre booste la revitalisation des transports en 2023

Partager

Dans un élan de revitalisation sans précédent, la République Démocratique du Congo (RDC) a témoigné d’une transformation majeure de ses infrastructures de transport ferroviaire et fluvial en 2023, grâce à l’injection de fonds provenant de la Redevance Logistique Terrestre (RLT). Le Ministre des Transports, Voies de Communication et de Désenclavement, Marc Ekila, a mis en lumière les progrès réalisés et les projets d’avenir lors de sa présentation au Conseil le 15 mars.

Une impulsion significative pour la SNCC et la SCTP

La Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) et la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP), anciennement connue sous le nom d’ONATRA, ont bénéficié d’un apport financier crucial grâce à la RLT. Pour la SCTP, ces fonds ont accéléré l’aménagement des infrastructures portuaires et la modernisation de l’équipement, en particulier dans le projet ambitieux du port de Matadi. L’objectif est de fluidifier la circulation des personnes et des marchandises, avec des espaces optimisés pour le déchargement des importations. Le ministre a souligné des projets de rénovation comprenant la démolition et la reconstruction d’entrepôts ainsi que la mise en place d’une nouvelle route de contournement et d’un complexe administratif central.

Pour sa part, la SNCC a vu l’allocation de fonds RLT se traduire par l’acquisition de matériel roulant neuf et la réparation des infrastructures endommagées. Avec l’achat de vingt-deux voitures à voyageurs, vingt locomotives et des équipements de maintenance essentiels, la SNCC prévoit une amélioration notable de son service. Le renouvellement de 1.548 tonnes de rails et de plus de 29.630 traverses témoigne d’un engagement envers la durabilité et l’efficacité du réseau ferroviaire.

Des projets ambitieux en horizon

La réhabilitation du tronçon Kasangulu-Kimwenza, endommagé par les intempéries de 2023, représente une victoire importante, rétablissant une ligne vitale pour le commerce et la mobilité. Le départ réussi du premier train expérimental depuis Kinshasa vers Matadi en février 2024 marque le début d’une nouvelle ère pour le transport ferroviaire congolais.

Alors que 2024 se profile, le Ministre Ekila a esquissé une vision ambitieuse pour continuer à renforcer les infrastructures et l’efficacité opérationnelle de la SNCC et de la SCTP. Malgré l’omission d’un chiffre précis concernant les revenus de la RLT en 2023, l’impact de cette initiative sur le secteur des transports en RDC est indéniable.

L’avenir prometteur des transports en RDC

L’investissement dans le secteur des transports, stimulé par les revenus de la RLT, pose les jalons d’une transformation durable de la mobilité en RDC. Ces efforts visent à renforcer l’économie nationale, améliorer la qualité de vie des Congolais et positionner le pays comme un acteur clé dans le commerce régional et international. Avec des projets d’expansion et de modernisation en cours, l’année 2024 s’annonce comme une période de progrès et d’innovation pour les transports en RDC.

Par L’Éditorial

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une