spot_imgspot_imgspot_img

Taux d’industrialisation en Afrique : 2% et les défis à relever pour un développement durable

Partager

L’Afrique est à un tournant critique de son développement économique. Malgré ses vastes ressources naturelles et un marché en pleine expansion, le continent affiche un taux d’industrialisation inférieur à 2 %. Cet écart souligne la nécessité d’une stratégie claire pour l’industrialisation, comme discuté lors de la 7ème session de la FITA 2024 à Jaziri, en Tunisie.

L’un des principaux défis pour l’industrialisation de l’Afrique est la promotion de la compétitivité. L’Afrique subsaharienne doit améliorer sa compétitivité en produisant localement les biens nécessaires pour répondre à la demande intérieure et protéger les entreprises locales de la concurrence étrangère. Actuellement, des politiques industrielles inefficaces et une infrastructure inadéquate entravent ces efforts. En outre, le continent attire une part limitée des flux mondiaux d’investissements directs étrangers (IDE). En 2023, l’Afrique n’a capté que 4 % des IDE mondiaux, comparé aux 17 % de l’Asie, freinant ainsi son développement industriel.

La croissance démographique rapide, avec une population africaine qui devrait atteindre 2,5 milliards d’ici 2050, pose un autre défi majeur en termes d’emploi et de réduction de la pauvreté. Les économies africaines, fortement dépendantes des exportations de ressources naturelles, doivent se diversifier pour stabiliser les revenus et créer des emplois stables. Les secteurs manufacturiers offrent un potentiel de croissance économique, de création d’emplois et de réduction de la pauvreté. Selon l’ONUDI, une augmentation de 1 % dans le secteur manufacturier pourrait réduire la pauvreté de 0,5 % en Afrique.

Pour combler le déficit infrastructurel du continent, des investissements annuels de 150 milliards de dollars sont nécessaires, notamment dans les transports et les télécommunications. L’essor des technologies de l’information et des communications (TIC) ouvre également de nouvelles voies pour l’innovation et la diversification économique. En 2023, le secteur des TIC en Afrique a enregistré une croissance de 11 %, créant des millions d’emplois.

Certaines stratégies peuvent aider à surmonter ces obstacles. De nombreux pays africains adoptent l’industrialisation par substitution aux importations, produisant localement pour protéger les entreprises nationales grâce à des politiques tarifaires et des incitations fiscales ciblées. La Commission Economique pour l’Afrique (CEA) et d’autres organisations internationales encouragent les politiques efficaces pour promouvoir l’industrialisation, notamment à travers des programmes comme l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Améliorer l’accès au crédit pour les entreprises africaines est également essentiel. En 2023, seulement 23 % des petites et moyennes entreprises (PME) africaines avaient accès à des financements adéquats. Les infrastructures de transport et de connectivité jouent un rôle crucial dans l’industrialisation, facilitant l’accès aux marchés et réduisant les coûts. Des routes, ports et aéroports efficaces, ainsi que l’accès à Internet et aux réseaux de télécommunications, sont vitaux pour le développement des entreprises.

La stabilité politique est une condition préalable pour le développement industriel. Elle crée un environnement favorable aux investissements et permet la mise en œuvre de politiques industrielles efficaces. Malheureusement, l’instabilité politique dissuade les investisseurs et freine la croissance.

Malgré des ressources minérales abondantes, l’industrie minière africaine ne se développe pas comme attendu. Les raisons incluent une mauvaise gestion, la corruption et l’optimisation fiscale agressive par les entreprises multinationales. En 2023, seulement 15 % des revenus miniers sont restés en Afrique, le reste étant transféré à l’étranger.

Pour que l’Afrique réalise son potentiel industriel, il est essentiel de surmonter les défis actuels par des politiques cohérentes et une gestion efficace des ressources. L’industrialisation offre des opportunités significatives pour une croissance durable et une réduction de la pauvreté. Des efforts coordonnés entre les gouvernements, le secteur privé et les organisations internationales sont nécessaires pour construire un avenir prospère pour le continent africain.

M. Kosi

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une