spot_imgspot_imgspot_img

132 millions de dollars pour révolutionner l’agriculture congolaise : le nouveau pari de la RDC et de la FAO

Partager

Dans un élan de coordination stratégique, la République démocratique du Congo (RDC) a inauguré, le lundi à Kinshasa, le début des activités du Comité interministériel de coordination et de suivi (CICSI) des initiatives de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un engagement mutuel visant à optimiser l’impact des projets de développement agricole et de sécurité alimentaire sur le territoire congolais, bénéficiant d’un financement substantiel de 132 millions de dollars américains par la FAO.

Vers une gestion affinée des projets de développement

Vincent Musambya, secrétaire général à la Coopération internationale, souligne l’importance cruciale de cette collaboration. L’objectif primordial du CICSI-FAO réside dans la mise en œuvre efficace et la distribution équitable des ressources et des interventions sur l’ensemble du territoire de la RDC. Grâce à une cartographie précise, le gouvernement congolais aspire à une allocation optimisée des efforts sur le terrain.

Une feuille de route claire pour la coopération FAO-RDC

Le comité, désormais en action, se donne pour missions de coordonner et de surveiller la réalisation des projets, d’encourager une planification conjointe et d’œuvrer pour une mobilisation active des ressources nécessaires à la réussite des initiatives. Ces efforts conjoints devraient permettre à la RDC de franchir des étapes significatives vers le développement durable, la sécurité alimentaire, et plus largement, la consolidation de la paix.

Aristide Ongone, porte-parole de la FAO en RDC, éclaire la vision commune

Du côté de la FAO, Aristide Ongone met en avant l’établissement d’un cadre de programmation pays (CPP) qui détermine les axes prioritaires de cette coopération. Ce plan vise à transformer l’agriculture congolaise en un secteur à la fois productif et générateur de revenus, aligné sur les ambitions de développement durable du pays.

Un engagement partagé pour l’avancement agricole

La première réunion de ce comité a également été l’occasion de célébrer les efforts déjà accomplis et de définir les lignes directrices pour les domaines d’intervention prioritaires. Cette collaboration se veut un modèle de gestion et de réalisation de projets en accord avec les objectifs nationaux de développement en agriculture, en développement rural, en sécurité alimentaire et en gestion de l’environnement.

Un comité né d’une volonté de synergie

La mise en place de ce comité interministériel, officialisée par un arrêté du 26 juillet 2018, marque une étape décisive dans le renforcement des capacités nationales de planification et de gestion des ressources. Cette structure est le fruit d’une évolution stratégique issue des bilans des programmes nationaux stratégiques pour le développement (PNSD) et du Plan-cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement (UNDAF) de 2013 à 2017.

Une mobilisation interministérielle pour un futur durable

La rencontre a réuni des représentants clés des ministères de l’Agriculture, du Développement rural, de la Coopération internationale, de la Pêche et Élevage, ainsi que de l’Environnement, tous unis par une vision commune : propulser la RDC vers un avenir où l’agriculture devient le pilier d’une prospérité durable et inclusive.

Signé, L’ÉDITORIAL

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une