spot_imgspot_imgspot_img

Camions Marocains immobilisés en Europe : la crise s’aggrave pour les professionnels du transport agricole

Partager

La tension monte dans le secteur du transport de marchandises entre le Maroc et l’Europe, avec une vague d’attaques sans précédent dirigées contre les camions transportant des produits agricoles marocains. Les professionnels du secteur expriment leur inquiétude croissante face aux retards persistants dans la livraison de leurs produits.

Rachid Benali, président de la Confédération marocaine des agriculteurs et du développement rural, souligne que les origines de cette crise remontent à une grève des agriculteurs français, qui a rapidement dégénéré en attaques contre les camions marocains, étendant le phénomène jusqu’en Espagne. Cette situation suscite l’incompréhension au Maroc, d’autant plus que la balance commerciale penche largement en faveur de l’Europe.

Les critiques concernant une prétendue « utilisation excessive de pesticides » sur les produits agricoles marocains, en particulier les tomates, sont fermement rejetées par M. Benali. Il affirme : « Ces allégations sont totalement infondées. Nos produits respectent scrupuleusement les normes en vigueur », soulignant les contrôles rigoureux effectués tant par les autorités marocaines avant l’exportation que par les autorités européennes à l’entrée sur les marchés.

La Confédération marocaine des agriculteurs et du développement rural (Comader), dans un communiqué, exprime son inquiétude face aux attaques récurrentes et infondées dont les produits marocains font l’objet. Elle rappelle les chiffres actuels et les bases contractuelles des relations commerciales entre le Maroc et l’Union européenne.

600 à 700 camions immobilisés en Europe

Actuellement, entre 600 et 700 camions transportant des produits agricoles marocains restent immobilisés sur le sol européen. Mohammed Ellimani, secrétaire général de l’Organisation démocratique du transport et de la logistique, espère une résolution rapide de cette impasse. Il appelle à une intervention des autorités européennes pour négocier avec les syndicats agricoles.

M. Ellimani souligne les désagréments significatifs causés aux clients au Maroc et en Europe en raison de cette situation. Il insiste sur l’urgence d’une solution pour restaurer la fluidité des échanges, crucial tant pour les producteurs marocains que pour les consommateurs européens dépendant de ces importations.

Malgré les difficultés, Ellimani apporte un certain réconfort : « Seuls 4 à 5% des cargaisons réfrigérées ont été ouvertes. La plupart des grévistes se contentent de bloquer les camions sans toucher au contenu. » Ainsi, bien que les livraisons soient retardées, la qualité des produits agricoles marocains n’est pas compromise.

L’appel de l’Organisation démocratique du transport et de la logistique à un dialogue constructif entre les parties prenantes est un signal d’alarme sur l’importance de maintenir ouvertes les voies commerciales entre le Maroc et l’Europe.

Cette situation soulève des interrogations sur les dynamiques de concurrence et les tensions commerciales au sein de l’Union européenne, mettant en lumière la nécessité d’une coopération et d’un dialogue pour préserver les intérêts économiques des deux parties.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une