spot_imgspot_imgspot_img

Classement 2023 : les pays africains les plus attractifs pour les investissements miniers

Partager

L’Afrique, riche en ressources minérales, présente un paradoxe intrigant : malgré son potentiel immense, les investisseurs restent souvent prudents. Le rapport du Fraser Institute de mai 2023 dévoile les disparités entre les pays africains, illustrant les défis et opportunités du secteur minier.

Ce rapport, basé sur une enquête auprès des entreprises minières, classe 86 juridictions mondiales, dont 23 africaines, selon leur attractivité pour les investissements miniers. L’indice global d’attractivité repose sur deux critères principaux : le potentiel minier et les paramètres politiques, incluant la fiscalité, les incertitudes réglementaires, les niveaux d’imposition et la qualité des infrastructures.

Le Niger, en dernière position avec un score de 14,1, reflète les défis politiques pesant sur l’attractivité du secteur. Le coup d’État de juillet 2023 a accentué les incertitudes. Le Mali et le Burkina Faso, également sous régimes militaires, ont vu leurs scores chuter de 39% et 33,7%, se classant respectivement aux 65ème et 66ème rangs.

Malgré ces défis, certains pays africains se démarquent positivement. Le Botswana, avec un score de 92,17, mène le classement, suivi par le Maroc avec 86,53, marquant une nette amélioration par rapport à l’année précédente. La Zambie et la Namibie affichent également de bonnes performances.

La Côte d’Ivoire, bien que restant une référence en matière d’attractivité au sein de la CEDEAO, a perdu deux places, se positionnant au 5ème rang avec un score de 55,70. Malgré cette légère baisse, la production d’or ivoirienne a considérablement augmenté, passant de 18 tonnes en 2014 à 51 tonnes en 2023, avec une projection de 56 tonnes pour 2024 selon les autorités locales.

À l’échelle mondiale, les États-Unis, l’Australie et le Canada restent les destinations les plus attractives pour les investissements miniers. En Afrique, les principales barrières à l’investissement incluent l’incertitude réglementaire, les préoccupations environnementales et les régulations du travail.

L’Afrique offre un paysage contrasté pour les investissements miniers. Si les opportunités abondent, les défis politiques et réglementaires demeurent des obstacles significatifs. Pour convertir son potentiel en richesse, le continent devra surmonter ces obstacles et créer un environnement plus stable et prévisible pour les investisseurs.

Par l’équipe éditoriale de Lepoint.cd

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une