spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneDépenses publiques en RDC : un dérapage à 17,7% pour le quatrième...

Dépenses publiques en RDC : un dérapage à 17,7% pour le quatrième trimestre 2023

spot_img

Dans son dernier rapport concernant le quatrième trimestre de l’année 2023, le Ministère des Finances de la République Démocratique du Congo (RDC) a présenté une analyse détaillée des dépenses publiques, soulignant un dépassement notable des dépenses exécutées en procédure d’urgence. Selon le document, ce phénomène reflète les efforts continus du gouvernement pour répondre à des besoins immédiats, tout en mettant en lumière les défis budgétaires à surmonter.

Le constat : un écart significatif entre les prévisions et les réalisations

Le rapport indique que pour le dernier trimestre de 2023, le total des dépenses publiques, y compris l’amortissement de la dette, a atteint 6.884,83 milliards de Francs Congolais (CDF). Cette somme représente une augmentation remarquable, avec 17,7% des dépenses exécutées dans un cadre d’urgence, alors que l’objectif initial était fixé à 10%. Cet écart est principalement attribuable aux allocations budgétaires destinées à la sécurité, au service de la dette publique, aux dépenses électorales et aux investissements financés par les ressources propres du pays.

Rapport

Une répartition détaillée des dépenses d’urgence

Le détail des catégories de dépenses effectuées en urgence révèle une prédominance des coûts liés à la sécurité, qui absorbent 40,4% de ces dépenses. Suivent le remboursement des crédits de TVA, qui représente 18,5%, et le service de la dette publique à 13,4%. Les investissements financés par les ressources internes et les coûts de fonctionnement des institutions constituent également une part significative du budget.

Sur l’ensemble de l’année 2023, le Compte Général du Trésor met en évidence un total de dépenses s’élevant à 22.863,73 milliards de CDF. Parmi celles-ci, 3.976,65 milliards de CDF, soit 17,4%, ont été exécutées en procédure d’urgence, dépassant largement la cible de 10% prédéfinie.

Un aperçu critique sur la gestion des finances publiques

Cette analyse financière trimestrielle met en avant les défis auxquels est confronté le gouvernement de la RDC dans la gestion de ses finances publiques. Le dépassement des dépenses d’urgence indique non seulement une réactivité aux besoins immédiats mais soulève également des questions sur la planification et la soutenabilité budgétaires à long terme.

L’augmentation des dépenses dans des secteurs clés tels que la sécurité et le service de la dette souligne l’importance de ces domaines pour la stabilité et le développement du pays. Toutefois, elle met également en évidence la nécessité d’une gestion plus rigoureuse et d’une meilleure planification pour assurer un équilibre entre les besoins immédiats et les objectifs de développement durable.

Conclusion

Le rapport du Ministère des Finances de la RDC sur les dépenses publiques du quatrième trimestre 2023 offre une perspective précieuse sur l’état actuel des finances publiques du pays. En dépassant les prévisions budgétaires, surtout dans le cadre des dépenses d’urgence, la RDC met en évidence les défis et les priorités de sa politique financière. Il reste à voir comment le gouvernement ajustera ses stratégies pour répondre aux exigences de sécurité et de développement, tout en maintenant la discipline budgétaire nécessaire à une croissance économique durable.

Par L’Éditorial

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici