spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneMaroc : La BEI MONDE investit 1,3 milliard de dh dans des...

Maroc : La BEI MONDE investit 1,3 milliard de dh dans des technopoles durables et attractives

spot_img

Lors du récent Forum de la Banque européenne d’investissement (BEI) tenu au Luxembourg les 7 et 8 février, un partenariat solide a été réaffirmé entre la BEI et la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) du Maroc. Cet accord, célébré le 29 décembre 2023, porte sur un financement conséquent de 115 millions d’euros (1,3 milliard de dirhams) destiné au projet Technopoles Maroc II en collaboration avec MEDZ.

Ce financement substantiel vise à soutenir le développement économique régional et à positionner le Maroc en tant que plaque tournante industrielle décarbonée et compétitive. La BEI, via BEI Monde, octroie ce prêt pour l’extension durable et la modernisation environnementale de dix Technoparcs répartis à travers plusieurs régions du Royaume.

Ces parcs sélectionnés deviendront des centres d’activités pour des clusters d’entreprises intégrées et des plateformes industrielles. Ils offriront un potentiel significatif en termes de recherche, développement, innovation, et incluront des composantes éducatives axées sur la durabilité.

Un Appui aux objectifs Gouvernementaux

Ce projet ambitieux s’aligne parfaitement sur les objectifs du gouvernement marocain, notamment dans le cadre du Nouveau Modèle de Développement et du Plan d’Accélération Industrielle. L’objectif ultime est de faire du Maroc un modèle de production décarbonée, responsable, et durable.

Il contribuera également à la reprise économique durable et à la réduction des disparités régionales, en cohérence avec la politique de régionalisation avancée. À noter que ce projet fait suite au succès de l’opération Technopoles I en 2012, ayant généré environ 36 000 emplois, illustrant ainsi l’efficacité du partenariat entre la CDG et la BEI.

Alignement avec les Objectifs de l’Union Européenne

Ce projet s’inscrit dans les objectifs plus larges de l’Union Européenne, en particulier dans le cadre du nouvel agenda pour la Méditerranée. Il aborde des aspects tels que la résilience, la prospérité, la transition écologique, le développement humain, la migration, et la mobilité. De plus, il contribuera au « Partenariat Vert » Maroc-UE établi en octobre 2022, favorisant la création substantielle d’emplois.

La Vice-Présidente de la BEI, Nicola Beer, a souligné l’importance de ce financement dans le renforcement du partenariat avec le Groupe CDG. Selon elle, ce projet ambitieux stimulera l’économie marocaine par l’innovation, la création d’emplois durables, et la réduction des disparités régionales, tout en construisant une industrie plus verte et compétitive.

De son côté, le Directeur Général de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), Kalid Safir, a exprimé sa satisfaction quant au renforcement continu de ce partenariat. Il souligne la vision commune de promouvoir le rayonnement économique et social des régions marocaines, tout en réduisant les disparités territoriales.

En conclusion, ce partenariat renforcé entre la BEI et la CDG marque une étape significative vers un avenir économique marocain plus durable, innovant, et équilibré. Ce projet d’envergure contribuera non seulement à la réalisation des objectifs gouvernementaux, mais également à l’alignement du Maroc sur les standards internationaux en matière de développement industriel et économique responsable. La Rédaction

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici