spot_imgspot_imgspot_img

Crise de l’eau en RDC : 400 millions de dollars pour les forages, la REGIDESO laisse-t-elle tomber ?

Partager

La République démocratique du Congo se trouve confrontée à un problème majeur concernant l’accès à l’eau potable. Les données issues de sources fiables indiquent que la Régie de Distribution d’Eau (REGIDESO) est endettée à hauteur de plus de 235 millions de dollars envers l’État.

En 2023, le gouvernement congolais, sous l’impulsion de l’ancien ministre des finances, Nicolas Kazadi, a alloué près de 400 millions de dollars à un projet de forage. Cette décision soulève des interrogations sur la nécessité de ces forages d’urgence alors que la REGIDESO pourrait accroître sa production d’eau à moindre coût pour résoudre la pénurie d’eau potable en RDC.

Les investissements totaux dans les projets de forage liés à Nicolas Kazadi s’élèvent à 398 982 383 dollars, avec cinq versements annuels de 80 millions de dollars chacun.

Pour répondre au déficit en eau en RDC, la REGIDESO nécessiterait des investissements massifs de plusieurs centaines de millions de dollars pour de nouvelles infrastructures et le renforcement de ses capacités opérationnelles.

Selon un rapport de la JICA, la construction d’une nouvelle usine de traitement d’eau d’une capacité de 30 000 m3 par jour pourrait réduire le déficit de 20 % par rapport au besoin maximal quotidien et de 30 % par rapport au besoin moyen quotidien.

Les principales causes du déficit en eau à la REGIDESO sont multiples : la baisse du niveau des nappes phréatiques et des ressources en eau souterraines, le vieillissement et la défaillance des équipements de production, le manque d’investissements pour renouveler les infrastructures, les difficultés financières de la REGIDESO et la contamination des ressources en eau.

Pourquoi l’État a-t-il lancé le projet PEMU, malgré son coût élevé, plutôt que de régler les dettes de la REGIDESO pour lui permettre de résoudre la crise de l’eau potable en RDC ?

L’État a lancé le Projet d’Alimentation en Eau Potable en Milieu Urbain (PEMU) pour répondre à la crise de l’accès à l’eau potable en RDC en raison de la faible proportion de la population ayant accès à l’eau potable, de la détérioration de la situation financière de la REGIDESO, de la nécessité de réformes dans le secteur de l’eau et des investissements nécessaires pour améliorer l’accès à l’eau potable.

En conclusion, la crise de l’eau potable en RDC nécessite une action coordonnée et d’importants investissements pour améliorer l’accès à l’eau potable et résoudre les problèmes structurels de la REGIDESO.

Par M.MATUVOVANGA

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une