spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneKinshasa face à un impératif financier : 32 milliards USD pour révolutionner...

Kinshasa face à un impératif financier : 32 milliards USD pour révolutionner son réseau de transport urbain d’ici 2040

spot_img

Dans une démarche proactive adressée aux enjeux cruciaux de mobilité urbaine, Kinshasa envisage une métamorphose de son infrastructure de transport, évaluée à 32 milliards de dollars à l’horizon 2040. Cette ambition a été dévoilée lors d’un séminaire dédié au Plan Directeur des Transports Urbains de Kinshasa (PDTK), un événement organisé par le ministère des Infrastructures et Travaux publics, en collaboration avec l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA).

Un défi de taille pour la capitale Congolaise

Billy Tshibambi, coordonnateur de la Cellule Infrastructures, a souligné l’ampleur de l’initiative : réunir une somme de 32 milliards de dollars spécifiquement pour l’essor de Kinshasa représente un défi de taille. Cependant, l’engagement déjà pris par les autorités provinciales et nationales pour lancer certains projets est un signe prometteur. La collaboration entre les différents niveaux de gouvernement s’avère essentielle pour le succès de ce plan ambitieux visant à renforcer le secteur des transports dans la mégapole.

Georges Koshi, Secrétaire Général aux Infrastructures et Travaux Publics, a mis en lumière l’importance stratégique du PDTK. Ce master plan cherche à adresser les défis liés à la mobilité dans une ville au rythme d’urbanisation accéléré, confrontée à une croissance démographique exponentielle. Avec des projections démographiques s’élevant à 20 millions d’habitants en 2030, et 26 millions en 2040, l’amélioration du réseau de transport urbain devient une nécessité impérieuse.

Un plan global pour une mobilité durable

Le PDTK, selon Robert Luzolanu, Coordonnateur de la Cellule de développement urbain de Kinshasa (CDUK), est la pierre angulaire du développement des transports urbains de la ville. En intégrant le développement socioéconomique et en proposant des réseaux de transport public sécurisés, ce plan vise à proposer des solutions adaptées aux besoins réels de la population.

Keiichi Okitsu, Représentant Résidant de la JICA, a salué l’effort de vulgarisation du PDTK. Ce dernier, selon lui, est essentiel pour faire connaître les efforts visant à améliorer les conditions de transport urbain à Kinshasa, où la congestion routière et les pertes économiques qui en résultent sont des problèmes quotidiens pour ses habitants.

Des Financements Innovants au Cœur du Projet

Le financement du PDTK repose sur une stratégie diversifiée, embrassant les partenariats public-privé (PPP), les prêts internationaux, ainsi que les contributions d’organisations internationales. Cette approche multidimensionnelle est complétée par la mobilisation de ressources locales, témoignant de la volonté de Kinshasa de s’appuyer sur un éventail de solutions pour réaliser ce projet d’envergure.

En somme, l’engagement de Kinshasa à transformer son paysage urbain par l’amélioration de son réseau de transport est un témoignage de la vision à long terme de la ville. Face à des défis démographiques et urbains significatifs, l’initiative du PDTK représente un pas audacieux vers la résolution des problèmes de mobilité, tout en ouvrant la voie à des opportunités économiques accrues pour ses habitants.

Par L’Éditorial

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici