spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneLualaba : Mutanda Mining sous le prisme aiguisé de l'ARSP

Lualaba : Mutanda Mining sous le prisme aiguisé de l’ARSP

spot_img

Par Mitterrand Mass, Journaliste Économique

Le paysage économique de la République Démocratique du Congo (RDC) connaît un bouleversement significatif, alors que l’Autorité de Régulation et de Supervision des Marchés Publics (ARSP) déploie son arsenal de contrôle sur certaines entreprises stratégiques. Parmi elles, Mutanda Mining (MUMI), sous la supervision du Directeur Général de l’ARSP, Miguel Kashal. Cette démarche s’inscrit dans une vision plus large, celle du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, visant à stimuler la croissance de la classe moyenne congolaise.

La récente visite de Miguel Kashal, accompagné d’une délégation d’entrepreneurs locaux, au sein des installations de Mutanda Mining, témoigne de l’engagement de l’entreprise à œuvrer en harmonie avec les inspecteurs de l’ARSP. Cette collaboration vise à instaurer des mesures d’encadrement dans le domaine des marchés de sous-traitance, un élément clé pour l’essor de l’économie nationale.

Miguel Kashal s’est exprimé en ces termes : « Nous sommes très satisfaits de la réunion que nous avons eue avec le Directeur Général de MUMI, qui manifeste la volonté de permettre aux Congolais d’accéder aux marchés de la sous-traitance. Nous adressons nos félicitations au Président de la République et l’encourageons dans la mise en œuvre de sa vision de développement de la classe moyenne. La société MUMI s’engage à la transparence dans ses opérations avec les inspecteurs de l’ARSP. C’est à l’issue du contrôle que des décisions cruciales et des mesures d’encadrement verront le jour.« 

Il est à noter que, pour le bien-être des entrepreneurs, Miguel Kashal préconise un changement majeur dans le mode de fonctionnement des marchés, en passant du système du « bon de commande » aux « vrais contrats ». Cette transformation permettra aux entrepreneurs d’élaborer des stratégies à long terme pour consolider leurs activités.

Don Israël Mbuyi, un entrepreneur implanté dans la province du Lualaba, s’est exprimé en ces termes : « Nous sommes ici pour concrétiser la vision du Chef de l’État, à savoir l’application rigoureuse de la loi sur la sous-traitance dans le secteur privé. C’est de cette région que proviennent des ressources essentielles telles que le cobalt et le cuivre, et cela doit donner naissance à une chaîne de valeur capable de faire émerger des millionnaires congolais. C’est pour cette raison que nous nous trouvons ici.« 

Cette mission de contrôle suscite un enthousiasme palpable parmi les acteurs économiques locaux, impatients de voir les retombées positives de cette démarche.

Il est important de noter que MUMI n’est pas la seule entreprise à passer sous la loupe des inspecteurs de l’ARSP. SICOMINES, KCC et Kamoa font également l’objet d’une vigilance accrue de la part de cette autorité de régulation.

Le processus de contrôle a débuté à Kinshasa et se poursuivra dans la province du Lualaba, avant de s’étendre à d’autres régions de la RDC. Cette démarche s’inscrit dans une stratégie plus vaste visant à renforcer la transparence et à promouvoir la croissance économique du pays. Les chiffres et pourcentages joueront un rôle clé dans l’évaluation de ces mesures, soulignant ainsi l’importance de cette initiative pour l’économie congolaise.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Crise de l’eau en RDC : 400 millions de dollars pour les forages, la REGIDESO laisse-t-elle tomber ?

La République démocratique du Congo se trouve confrontée à un problème majeur concernant l'accès à l'eau potable. Les données issues de sources fiables indiquent que la Régie de Distribution d'Eau (REGIDESO) est endettée à hauteur de plus de 235 millions de dollars envers l'État...

Production industrielle chinoise en baisse : Le cuivre recule de 0,4%

La production industrielle chinoise a déçu les attentes en mai, selon les données récemment publiées. Cette situation a entraîné une baisse du cuivre, accentuée par la fermeté du dollar. Sur le London Metal Exchange (LME), le cuivre pour livraison à trois mois a reculé de 0,4 %, s'établissant à 9,701.50 $/t

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici