spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneStabilité des prix en 2024 : Les Matières premières à l'épreuve des...

Stabilité des prix en 2024 : Les Matières premières à l’épreuve des vents contraires

spot_img

Les soubresauts significatifs qui ont caractérisé le marché des matières premières ces dernières années semblent s’apaiser, laissant place à une perspective de stabilité selon les prévisions de The Economist Intelligence Unit (EIU). Cependant, les risques continuent de planer, alimentés par des tensions géopolitiques et les impacts du changement climatique.

Le rapport intitulé « Commodities outlook 2024 – Resilient prices amid global headwinds » souligne une stabilisation anticipée des prix des matières premières en 2024, un constat qui peut surprendre compte tenu des nombreux défis économiques actuels.

Pétrole : Maintien à 80 dollars le baril

Les cours moyens du pétrole sont projetés autour de 80 dollars le baril en 2024, une estimation relativement stable par rapport au début de l’année en cours. L’Arabie saoudite n’envisage pas d’augmentation significative de sa production, tandis que d’autres membres de l’OPEP pourraient opter pour des réductions volontaires. Ces actions pourraient créer des déficits périodiques dans l’offre, limitant ainsi la baisse des prix. Parallèlement, la demande, en constante augmentation dans les pays en développement, devrait atteindre des sommets.

Gaz naturel : Une baisse de 20% en Europe

Pour le gaz naturel, une diminution de 20% du prix moyen en Europe est anticipée pour 2024, en raison d’une moindre demande du secteur industriel. Cependant, des fluctuations temporaires pourraient survenir en raison des préoccupations liées à la sécurité des chaînes d’approvisionnement mondiales, amplifiées par les tensions géopolitiques au Moyen-Orient. Malgré cela, la forte demande de gaz naturel liquéfié (GNL) en Europe limite les risques de chute significative des cours.

Minerais critiques : Hausse des prix des métaux

Les prix du charbon devraient rester à la baisse, influencés par les niveaux élevés de stockage de gaz en Europe et l’abondance de GNL sur le continent. En revanche, les métaux connaîtront une hausse de 3% en moyenne en 2024, stimulée par la transition énergétique et la demande croissante des minerais critiques. Le nickel devrait enregistrer une augmentation, tandis que des perturbations potentielles dans l’approvisionnement minier en Amérique du Sud pourraient soutenir les prix du cuivre malgré la faiblesse de l’activité de construction en Chine.

Aluminium : Une augmentation de près de 20%

Les prix moyens de l’aluminium devraient connaître une augmentation d’environ 20% cette année. Cette tendance s’explique par la préférence croissante des utilisateurs finaux pour l’aluminium non produit en Russie, qui représente actuellement environ 80% des stocks disponibles à la Bourse des métaux de Londres (LME).

Denrées alimentaires : Une augmentation tirée par le café et le cacao

L’indice des prix des denrées alimentaires, aliments pour animaux et boissons (FFB) devrait connaître une hausse en 2024. Cette augmentation est principalement attribuée à la croissance des cours du café et du cacao, dont la production devrait diminuer respectivement de 9% et 13% en raison du phénomène climatique El Niño. Parallèlement, les prix du riz continueront leur ascension, soutenus par l’interdiction des exportations de riz blanc non basmati par l’Inde, le plus grand exportateur mondial de cette céréale.

En résumé, malgré une période récente de volatilité, les perspectives pour 2024 suggèrent une certaine stabilité des prix des matières premières, tout en restant vigilants face aux risques géopolitiques et climatiques. Ces projections offrent des opportunités stratégiques pour les acteurs du marché, tout en soulignant la nécessité de suivre de près les évolutions mondiales.

La rédaction

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Réforme des jeux de hasard en RDC : Vers une régulation plus stricte

Le ministère des Finances de la République démocratique du Congo (RDC) a récemment lancé une série de réformes visant à réguler le secteur des jeux de hasard et des pratiques assimilées. Cette initiative, initiée en fin d'année 2022...

Offre d’emploi : Réceptionniste à Kinshasa

Forest and Biodiversity Support Activity (FABS), financée par l'USAID via le Programme régional pour l'environnement en Afrique centrale (CARPE)...

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici