spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la une60 à 213 milliards : Le plan ambitieux de la RDC pour...

60 à 213 milliards : Le plan ambitieux de la RDC pour renforcer la Banque Centrale

spot_img

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) annonce un ambitieux projet visant à insuffler une nouvelle vigueur financière à la Banque Centrale du Congo (BCC). Lors d’une réunion interministérielle du jeudi 9 novembre 2023, la Vice-Ministre des Finances, O’Neige Nsele, a dévoilé les détails de cette initiative stratégique.

Selon les déclarations de Madame Nsele, le capital social actuel de la BCC se situe à 60 milliards de Francs congolais (CDF), une somme qui se révèle insuffisante au regard des exigences légales. La Loi n°18/027 du 13 décembre 2018 stipule en son article 6 que le capital social requis s’élève à 213 milliards de Francs congolais. Dans cette optique, le gouvernement planifie une injection financière massive, s’élevant à 212,999,999,940 CDF, afin d’atteindre ce seuil impératif.

Cette démarche, souligne la Vice-Ministre, s’inscrit dans le cadre d’une recapitalisation pluriannuelle qui se déroulera sur les exercices budgétaires 2024 et 2025. Elle précise que cette opération vise à consolider l’indépendance financière de la Banque Centrale du Congo, conformément aux normes énoncées dans la Loi organique.

Madame Nsele met en exergue l’importance cruciale de cette initiative dans le contexte plus large du programme économique du gouvernement, soutenu par la facilité élargie de crédit du Fonds monétaire international (FMI). Elle recommande ainsi que le gouvernement officialise les modalités convenues en signant la convention de recapitalisation de la BCC.

En détail, elle indique :

« A ce jour, le capital social de la Banque Centrale du Congo s’élève à 60 milliards de Francs congolais. Le Gouvernement envisage de l’augmenter de 212.999.999.940 CDF pour atteindre 213 milliards de Francs congolais prévus par la loi organique. »

Cette manœuvre délicate vise à renforcer la stabilité financière du secteur bancaire congolais et à préserver l’intégrité du système monétaire national. En effet, le capital social, en tant que fonds initial d’une institution, revêt une importance capitale dans son fonctionnement et sa capacité à répondre aux exigences du marché.

En conclusion, cette décision réaffirme l’engagement du gouvernement congolais envers la consolidation de son système financier, une étape cruciale pour garantir la stabilité économique à long terme.

Signé : Mitterrand Mass, Journaliste Économique.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici