spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneDette Publique Camerounaise : Un remboursement de 208,7 milliards d'intérêts et commissions...

Dette Publique Camerounaise : Un remboursement de 208,7 milliards d’intérêts et commissions en 9 mois, équivalent à 83% du coût du barrage de Lom Pangar

spot_img

Par Mitterrand Masamuna, Journaliste Économique

3 novembre 2023

Au cours des neuf premiers mois de l’année 2023, le Trésor public camerounais s’est attelé à l’ardente tâche du remboursement de dettes, totalisant un montant considérable de 896,1 milliards de FCFA. Cette opération a été orchestrée par la Caisse autonome d’amortissement (CAA), l’entité responsable de la gestion de la dette publique au Cameroun. Un examen attentif de ces chiffres révèle que 76,7% de cette somme correspondent au capital, soit 687,3 milliards de FCFA au total. Les charges d’intérêts et commissions diverses représentent les 23,3% restants, équivalant à 208,7 milliards de FCFA, ce qui se traduit par une moyenne mensuelle de 23,2 milliards de FCFA.

Ces charges en intérêts et commissions se révèlent être particulièrement préoccupantes, car elles représentent une part significative, à savoir 83%, des 240,9 milliards de FCFA investis dans la construction du barrage de Lom Pangar, une retenue d’eau de 6 milliards de mètres cubes. Ce barrage est reconnu comme l’infrastructure énergétique la plus stratégique du pays, car il permet d’exploiter le potentiel du fleuve Sanaga, qui détient officiellement 75% du potentiel hydroélectrique du Cameroun.

Plus en détail, un montant de 642,7 milliards de FCFA a été décaissé des coffres publics pour le remboursement de la dette extérieure, dont 73% correspondent au principal. Les intérêts et commissions associés à cette dette extérieure sont estimés à 173,5 milliards de FCFA sur les neuf premiers mois de l’année 2023, soit une moyenne mensuelle de 19,2 milliards de FCFA. Il convient de noter que, selon la CAA, toutes les échéances liées à la dette extérieure sont honorées en temps et en heure, malgré les défis qui se sont posés.

Cette précision de la CAA est d’une importance cruciale compte tenu de la dégradation de la note souveraine du Cameroun par les agences de notation Moody’s et Standard & Poor’s au mois de juillet 2023. Cette dégradation a envoyé un signal négatif sur les marchés internationaux de capitaux, attribuée au retard du Trésor public dans le paiement d’une créance commerciale à l’étranger.

En ce qui concerne la dette intérieure, le Cameroun a effectué des remboursements pour un montant total de 253,4 milliards de FCFA, dont 216,3 milliards de FCFA correspondent au principal, tandis que 37,1 milliards de FCFA sont consacrés aux intérêts et commissions. La majeure partie de cette somme semble avoir été injectée sur le marché des titres publics, où le Cameroun est devenu de plus en plus actif depuis 2019 pour mobiliser des financements. La CAA souligne que c’est cette dynamique qui justifie la hausse de 3,1% enregistrée sur la dette directe de l’administration centrale à fin septembre 2023.

Il est important de rappeler qu’à la fin du mois de septembre 2023, l’encours de la dette du secteur public au Cameroun, incluant l’administration centrale et les entreprises publiques, atteint environ 12 510 milliards de FCFA, équivalant à 43,9% du PIB. Malgré les inquiétudes, cet indicateur reste nettement en deçà de la norme de 70% établie dans le cadre des critères de surveillance multilatérale de la CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale).

Les autorités publiques maintiennent que la dette du Cameroun demeure soutenable et viable, bien que le pays soit classé par la Banque Africaine de Développement (BAD) dans la catégorie des pays à risque de surendettement élevé. Les données de la CAA révèlent que, sur une période de 13 ans, de 2009 à 2022, la dette publique camerounaise a connu une croissance vertigineuse, passant de 1904 milliards de FCFA à 11 216 milliards de FCFA. Un bond impressionnant de 9 312 milliards de FCFA, soit une augmentation de 489%.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Crise de l’eau en RDC : 400 millions de dollars pour les forages, la REGIDESO laisse-t-elle tomber ?

La République démocratique du Congo se trouve confrontée à un problème majeur concernant l'accès à l'eau potable. Les données issues de sources fiables indiquent que la Régie de Distribution d'Eau (REGIDESO) est endettée à hauteur de plus de 235 millions de dollars envers l'État...

Production industrielle chinoise en baisse : Le cuivre recule de 0,4%

La production industrielle chinoise a déçu les attentes en mai, selon les données récemment publiées. Cette situation a entraîné une baisse du cuivre, accentuée par la fermeté du dollar. Sur le London Metal Exchange (LME), le cuivre pour livraison à trois mois a reculé de 0,4 %, s'établissant à 9,701.50 $/t

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici