spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneHausse des prix des produits alimentaires à Kinshasa : Quelles sont les...

Hausse des prix des produits alimentaires à Kinshasa : Quelles sont les implications pour les consommateurs ?

spot_img

Une récente enquête sur les marchés de Kinshasa révèle une tendance alarmante : les prix des produits alimentaires de base ont grimpé de manière significative au cours des dernières semaines. Cette augmentation touche divers articles, allant des tomates pommées aux épices courantes, mettant ainsi une pression supplémentaire sur le budget des ménages.

Selon les données recueillies par l’ACP, une caisse de tomates pommées de la province du Kongo Centrale est passée de 140.000 FC à 180.000 FC, représentant une hausse de 28,57 %. Cette augmentation s’explique en partie par des facteurs saisonniers, mais également par des problèmes logistiques tels que le délabrement des routes de desserte agricole, entraînant des coûts de transport plus élevés.

Il n’y a pas que les tomates qui ont vu leurs prix augmenter. Des produits comme le solanium, les gingembres et les conserves de tomates ont également enregistré une hausse significative. Par exemple, un sac de solanium est passé de 85.000 FC à 88.000 FC, soit une augmentation de 3,53 %, tandis qu’un carton de tomate en boîte coûtait 45.000 FC mais est maintenant vendu à 47.000 FC, soit une augmentation de 4,44 %.

Cette tendance à la hausse n’est pas isolée. D’autres articles de grande consommation, tels que les ciboulettes et les céleris, ont également vu leurs prix grimper. Une botte de ciboulettes, par exemple, est passée de 30.000 FC à 35.000 FC, représentant une augmentation de 16,67 %.

Ces augmentations de prix ont un impact direct sur le pouvoir d’achat des ménages à Kinshasa. Avec une inflation galopante et des salaires relativement stagnants, de nombreux citoyens se retrouvent dans une situation financière de plus en plus précaire. Ils doivent faire face à des dépenses alimentaires plus élevées, ce qui réduit leur capacité à épargner ou à investir dans d’autres domaines.

Cependant, toutes les nouvelles ne sont pas négatives. Certaines denrées alimentaires ont en fait vu leurs prix baisser. Par exemple, une caisse de piments en provenance de la ville de Kasangulu est passée de 120.000 FC à 100.000 FC, soit une baisse de 16,67 %. De même, une aubergine de Kisantu est maintenant vendue à 60.000 FC, soit une baisse de 7,69 % par rapport à son prix précédent.

En conclusion, la hausse des prix des produits alimentaires à Kinshasa représente un défi majeur pour les consommateurs. Les facteurs tels que la saisonnalité, les problèmes logistiques et la dépréciation de la monnaie nationale contribuent à cette tendance à la hausse. Les ménages doivent donc faire preuve de prudence dans leur gestion financière et peut-être envisager des ajustements à leur budget pour faire face à cette nouvelle réalité économique.

Par l’équipe éditoriale

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici