spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneMatadi Gateway terminal franchit le cap du million d'EVP

Matadi Gateway terminal franchit le cap du million d’EVP

spot_img

Le Matadi Gateway Terminal (MGT) a atteint un jalon significatif en traitant son millionième équivalent vingt pieds (EVP) de marchandises le lundi 05 février 2024. Bien que les ports maritimes de la République démocratique du Congo ne soient pas répertoriés dans l’Observatoire Europe-Afrique des ports 2030, le MGT a réalisé une percée majeure en peu de temps, se positionnant parmi les grands ports africains de la région, tels que ceux du Cameroun, de l’Angola et même Pointe-Noire au Congo-Brazzaville.

Cette réalisation remarquable découle d’une étroite collaboration avec les principales compagnies maritimes, les partenaires commerciaux clés du MGT. L’augmentation spectaculaire du volume de manutention n’aurait pas été possible sans le dévouement et le professionnalisme des employés du terminal.

Le parcours du MGT remonte à janvier 2014, date à laquelle la société International Container Terminal Services, Inc. (ICTSI), par le biais de sa filiale ICTSI Coopérative UA, a conclu une entente de coentreprise avec la Société de Gestion Immobilière Lengo (SIMOBILE) en vue de construire un terminal à conteneurs et de marchandises diverses sur le fleuve Congo à Matadi.

La coentreprise entre ICTSI et SIMOBILE a donné naissance à la société ICTSI DR Congo S.A., chargée de construire, gérer et exploiter le Matadi Gateway Terminal. Ce dernier est entré en exploitation en juin 2016 avec un premier poste à quai, suivi de la livraison complète du deuxième poste à quai le 31 mars 2017, portant la longueur totale du quai à 350 mètres.

Atteindre le million de conteneurs traités en moins de dix ans témoigne des efforts déployés par la direction du port pour accroître le trafic, en accord avec les objectifs du plan d’extension du Port MGT. L’investissement massif de plus de 100 000 000 $US a permis la modernisation des infrastructures portuaires, l’extension du quai de 350 à 500 mètres pour accueillir simultanément deux navires de type WAFMAX et le doublement de la capacité de manutention, passant de 400 000 à 800 000 tonnes métriques par an.

La gestion efficace et les investissements conséquents ont permis l’acquisition d’équipements plus performants, notamment quatre nouveaux portiques hybrides à pneus (RTG) et l’adoption de technologies de l’information pour réduire les coûts logistiques du Corridor Ouest et accélérer le traitement des marchandises.

Ces investissements démontrent l’engagement et la détermination des actionnaires du Matadi Gateway Terminal à renforcer les capacités de la chaîne d’approvisionnement de la République démocratique du Congo, rendant le Port MGT plus efficace, accessible et compétitif à l’échelle mondiale. Des acteurs majeurs du commerce maritime mondial, tels que Maersk Line, Hapag-Lloyd, Cosco et CMA CGM, ont été convaincus par le savoir-faire du MGT, un port stratégiquement situé à seulement 150 kilomètres des côtes de l’Atlantique.

Le MGT est actuellement en pourparlers avec la Compagnie des Voies Maritimes (CVM ex-RVM) et le Gouvernement en vue de l’approfondissement de la zone de mouillage du bief maritime. Cette initiative vise à permettre aux grandes compagnies maritimes internationales d’accoster directement à Matadi, mettant ainsi fin à la dépendance du pays à l’égard des ports voisins, en particulier Pointe-Noire, situés en haute mer.

Par la Rédaction


Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici