spot_imgspot_imgspot_img

Washington accueillera le Forum annuel de l’AGOA du 25 au 26 juillet 2024

Partager

Le Forum annuel de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) se déroulera cette année à Washington, les 25 et 26 juillet 2024. Cette édition coïncide avec une proposition de loi soumise au Congrès américain visant à renouveler l’accord commercial jusqu’en 2041.

Déposée le 11 avril 2024 par les sénateurs Jim Risch et Chris Coons, cette proposition de loi ambitionne de prolonger de 16 ans cet instrument clé de la coopération économique entre les États-Unis et l’Afrique, en vigueur depuis plus de deux décennies. L’AGOA, qui devait initialement expirer en septembre 2025, pourrait ainsi se poursuivre jusqu’en 2041, sous réserve de l’approbation du Congrès.

Les discussions autour de cette prolongation se tiennent actuellement à Washington, impliquant divers acteurs dont le Congrès américain, la représentation de l’Union africaine, des universitaires, des représentants du secteur privé, des membres de la société civile et des agences spécialisées en commerce international. La Commission sénatoriale des Affaires étrangères a déjà exprimé son soutien à cette initiative, soulignant que cette extension à long terme offrirait aux entreprises la stabilité nécessaire pour intensifier leurs investissements en Afrique subsaharienne. Cette région est actuellement considérée par de nombreuses entreprises comme une alternative stratégique dans le cadre de la diversification des chaînes d’approvisionnement, en particulier loin de la Chine.

La République Démocratique du Congo (RDC) figure parmi les 32 pays éligibles à l’AGOA. Cette loi permet aux nations d’Afrique subsaharienne de bénéficier d’un accès privilégié au marché américain, en exportant la plupart de leurs produits sans droits de douane et sans obligation de réciprocité.

Les bénéfices de l’AGOA sont multiples pour les pays membres, englobant des initiatives traditionnelles et des programmes socio-économiques développés par les administrations américaines successives. Parmi ces initiatives, on retrouve des actions dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’agriculture. Par ailleurs, des programmes spécifiques tels que Power Africa visent à améliorer l’électrification pour les usages résidentiels et commerciaux, tandis que Prosper Africa cherche à ouvrir les marchés aux entreprises américaines, à développer la classe moyenne africaine et à promouvoir les opportunités d’emploi pour les jeunes.

Le financement de la U.S. International Development Finance Corporation (DFC) est également essentiel pour relever les défis critiques auxquels sont confrontés les pays émergents, en particulier ceux de l’Afrique subsaharienne. Ces efforts visent à créer une économie nationale robuste et durable, capable de générer des emplois et de s’intégrer efficacement dans le commerce international.

Le Forum de l’AGOA se tient alternativement aux États-Unis et dans un pays membre, réunissant dans diverses séances plénières des ministres, des représentants du secteur privé et des membres de la société civile. Cette année, l’accent sera mis sur les discussions stratégiques pour renforcer encore plus les liens commerciaux entre les États-Unis et l’Afrique, tout en abordant les défis et opportunités futurs.

M.MATUVOVANGA

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une