spot_imgspot_imgspot_img

La vie chère à Kinshasa : analyse des prix qui font trembler, 5 chiffres à connaître

Partager

La vie à Kinshasa devient de plus en plus difficile pour ses habitants, confrontés depuis plusieurs mois à une augmentation dramatique des prix des denrées alimentaires. Cette flambée des coûts pour des produits essentiels comme l’huile de palme, le riz et le poisson met les ménages dans une situation critique, malgré les efforts des autorités pour atténuer l’impact.

Les prix des denrées alimentaires à Kinshasa ont grimpé de manière spectaculaire récemment. Par exemple, le prix d’un bidon d’huile de palme de 25 litres est passé de 45 000 à 52 000 FC (22,5 à 26 USD), tandis qu’un sac de braise est monté de 23 000 à 32 000 FC (11,5 à 16 USD). Même les produits de base comme les cossettes de manioc ont vu leur prix doubler, atteignant désormais 120 000 FC pour 50 kilogrammes (60 USD). Cette tendance à la hausse touche également d’autres produits, notamment le poisson chinchard et le riz, rendant l’accès à une alimentation suffisante de plus en plus difficile pour les familles kinoises.

Carton-de-cuisse-de-poulet

Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation des prix. Les taxes et frais de transport élevés, ainsi que la TVA sur les produits importés, contribuent significativement à cette inflation. De plus, les barrières routières irrégulières et les conditions climatiques défavorables, qui ont affecté les réserves de poisson aggravent la situation déjà précaire.

L’impact sur la population est direct et sévère. Les ménages luttent pour accéder aux produits de base, tandis que la baisse du pouvoir d’achat se fait ressentir de manière significative. Les commerçants, quant à eux, observent une diminution drastique de leur clientèle, ce qui affecte profondément leur activité quotidienne.

Face à cette crise, le gouvernement congolais a annoncé plusieurs mesures pour tenter de stabiliser la situation. Ces initiatives comprennent la réduction des prix sur les produits importés, la négociation d’accords commerciaux avec des pays voisins comme la Namibie pour l’exportation de poissons, et le renforcement du contrôle sur les barrières routières. Cependant, l’efficacité de ces mesures reste incertaine aux yeux de nombreux citoyens, qui continuent de souffrir des effets dévastateurs de cette crise alimentaire.

En réponse à ces défis, des initiatives locales émergent pour soutenir les ménages et les petits commerçants. Des projets d’agroécologie, comme ceux mis en œuvre par Handicap International dans le Kasaï-Central, visent à promouvoir l’autosuffisance alimentaire en distribuant des kits maraîchers à des milliers de ménages. Ces efforts locaux représentent une lueur d’espoir dans un contexte de difficultés économiques croissantes.

 » Pour faire face à cette crise, les habitants de Kinshasa peuvent adopter plusieurs stratégies. Diversifier les sources d’approvisionnement, privilégier les produits locaux et de saison, stocker des aliments non périssables, cultiver des jardins potagers et négocier collectivement sont autant de solutions potentielles pour atténuer l’impact de l’inflation alimentaire sur les budgets familiaux » Jean-Fidel Mola fonctionnaire.

En conclusion, la flambée des prix des denrées alimentaires à Kinshasa constitue un défi majeur pour les autorités et la population locale. Alors que des mesures sont prises pour stabiliser les prix, l’innovation et la résilience des Kinois seront essentielles pour surmonter cette crise et rétablir un équilibre économique durable.

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une