spot_imgspot_imgspot_img
AccueilA la uneEthiopian Airlines envisage d'acquérir 49 % de Ceiba Intercontinental dans un mouvement...

Ethiopian Airlines envisage d’acquérir 49 % de Ceiba Intercontinental dans un mouvement stratégique

spot_img

Dans un revirement stratégique marquant pour l’aviation en Afrique centrale, la République de Guinée Équatoriale annonce son intention de privatiser Ceiba Intercontinental, sa compagnie aérienne nationale. Plombée par des défis financiers et opérationnels, Ceiba se trouve à la croisée des chemins, avec Ethiopian Airlines prête à entrer en scène en tant que potentiel sauveur. Selon des déclarations du vice-Président Teodoro Obiang Nguema, faites le 18 mars 2024, la compagnie aérienne éthiopienne manifeste son intérêt pour l’achat de 49 % des parts de Ceiba, une manœuvre qui pourrait bien redéfinir l’avenir de la transporteur national.

Une décision motivée par des années de turbulences

Ceiba Intercontinental, depuis sa création en 2007, s’est efforcée d’étendre son réseau à travers l’Afrique et au-delà, avec des ambitions de desservir directement l’Europe et l’Amérique latine. Cependant, ces aspirations ont été entravées par des difficultés financières incessantes, des annulations de vols récurrentes, des retards dans le paiement des salaires et des problèmes de maintenance, reflétant une gestion qui laisse à désirer. Un épisode particulièrement révélateur s’est produit en janvier 2023, lorsque Ruslin Obiang Nsue, directeur général de Ceiba et fils du Président, a été suspendu, suspecté d’avoir vendu un avion de la flotte à une entreprise de maintenance espagnole.

Une privatisation vue comme une bouée de sauvetage

L’annonce de la privatisation n’est pas nouvelle. Il y a deux ans, le vice-président avait déjà signalé que l’ouverture du capital à des investisseurs privés était envisagée comme solution aux pertes financières chroniques que subissait l’État du fait de Ceiba. Cette démarche s’inscrit dans un contexte où la compagnie aérienne peine à réaliser les ambitions initiales de son lancement, malgré des investissements publics considérables. La perspective d’Ethiopian Airlines, reconnue pour sa gestion efficace et son expansion réussie, prenant une part significative dans Ceiba pourrait non seulement garantir la survie de cette dernière mais également marquer le début d’une nouvelle ère pour l’aviation dans la région.

Un impact potentiel sur le secteur de l’aviation africain

L’entrée d’Ethiopian Airlines dans le capital de Ceiba Intercontinental serait un développement notable pour le marché de l’aviation africain. En tant que l’une des compagnies aériennes les plus prospères et les mieux gérées d’Afrique, Ethiopian a le potentiel de transformer Ceiba en un acteur régional plus compétitif et plus fiable. Cet accord pourrait également encourager d’autres investissements et partenariats stratégiques au sein du secteur aérien du continent, où de nombreuses compagnies luttent pour la viabilité financière et opérationnelle.

Vers un horizon plus stable ?

Alors que les détails financiers de l’accord potentiel restent sous couvert, l’intérêt d’Ethiopian Airlines pour Ceiba souligne une reconnaissance de la valeur stratégique que représente la compagnie équato-guinéenne. Ce partenariat pourrait non seulement préserver l’existence de Ceiba mais aussi renforcer la connectivité aérienne en Afrique, offrant ainsi de nouvelles opportunités de croissance économique et de développement régional.

Par L’Éditorial

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

Le prix du ciment baissera pendant la saison sèche dans le Kasaï Oriental

Le prix du ciment devrait baisser pendant la saison sèche dans la province du Kasaï Oriental, en République démocratique du Congo, grâce à l'amélioration des conditions de transport routier...

Plus de 150 000 tonnes de Maïs en péril : le cri d’alarme des jeunes agriculteurs d’Aru

La saison agricole a été fructueuse pour les jeunes agriculteurs d'Aru, qui ont produit plus de 650 000 tonnes de maïs depuis le début de l'année. Cependant, malgré cette abondance, plus de 150 000 tonnes risquent de se détériorer dans les entrepôts d'Ingbokolo et d'Ariwara, faute d'acheteurs et de moyens logistiques adéquats.

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici