spot_imgspot_imgspot_img

La Gécamines et Ivanhoe relancent la mine Kipushi pour une production de 140 000 tonnes de zinc en 2024

Partager

La mine de Kipushi, mise en service initialement en 1924 et placée en régime de maintenance depuis 1993, reprend vie grâce à une collaboration entre la Gécamines et la société canadienne Ivanhoe Mines. Le 2 juillet, Ivanhoe Mines a annoncé la relance de cette mine de zinc-cuivre-plomb-germanium, en partenariat avec la Gécamines en République Démocratique du Congo.

Après 31 ans de maintenance, la mine devrait produire entre 100 000 et 140 000 tonnes de zinc sous forme de concentré dès 2024. Les prévisions indiquent une capacité de production annuelle de 278 000 tonnes de zinc au cours des cinq premières années, positionnant ainsi Kipushi comme la quatrième plus grande mine de zinc au monde. Pour comparaison, la RDC a rapporté des exportations officielles de 11 321 tonnes de zinc métal en 2023.

Les accords de vente du concentré de zinc de Kipushi ont déjà été signés avec Citic Metal Limited de Hong Kong et Trafigura Asia Trading de Singapour, assurant des débouchés commerciaux pour cette ressource précieuse.

Guy-Robert Lukama Nkunzi, président de la Gécamines, a souligné l’importance de Kipushi : « Ce ne sont pas seulement les teneurs élevées en zinc qui font de Kipushi une mine exceptionnelle. Bien qu’à ce stade seul le gisement de Big Zinc ait été validé, la mine montre un grand potentiel pour d’autres métaux essentiels aux besoins industriels mondiaux. »

La RDC a récemment renforcé sa position sur le marché mondial du cuivre et du germanium. Entre 2021 et 2023, le pays est passé du statut de quatrième à celui de deuxième producteur mondial de ces métaux. En 2023, une nouvelle usine hydrométallurgique a été lancée, visant à fournir jusqu’à 30 % de l’approvisionnement mondial en germanium.

Selon l’étude de faisabilité de 2022, la mine de Kipushi devrait produire en moyenne 240 000 tonnes de concentré de zinc annuellement sur une période de 14 ans. En janvier 2024, un accord a été annoncé pour augmenter la participation initiale de la Gécamines dans Kipushi de 32 % à 38 %, atteignant 43 % en 2027. Le reste des intérêts dans la mine est contrôlé par Ivanhoe Mines.

Cette relance de la mine de Kipushi représente un jalon significatif pour l’industrie minière de la RDC, renforçant la position du pays sur le marché mondial des métaux stratégiques.

Par la rédaction de Lepoint.cd

Contactez l'équipe de Lepoint.cd via notre adresse e-mail : Contact@lepoint.cd

En savoir +

A la Une